Accueil > Recherche > Articles autour du libre > L’administration française se met aux logiciels libres

L’administration française se met aux logiciels libres

mardi 26 décembre 2006, par Michèle Drechsler

Après la gendarmerie ...

Après la gendarmerie nationale, c’est au tour de l’administration centrale d’adopter la suite bureautique OpenOffice. Concurrente de Microsoft, cette série de logiciels est « libre » : elle peut être copiée ou modifiée à volonté. Elle sera adaptée sur 400.000 postes dés l’année prochaine.

Dés 2007, plus de 400.000 postes informatiques de l’administration centrale française passeront de Microsoft Office à son concurrent « libre », OpenOffice. Cette « migration » vers la suite logicielle gratuite et communautaire est la plus importante réalisée au monde à ce jour.

Pour le ministère du Budget et de la Réforme de l’Etat, elle va permettre d’« optimiser les ressources financières et humaines », et d’économiser des millions, si ce n’est des dizaines de millions d’euros. En janvier 2005, la gendarmerie nationale avait généralisé l’usage d’OpenOffice en lieu et place de Microsoft Office sur ses 70.000 postes. Cette migration lui avait fait économiser 2 millions d’euros par an.

OpenOffice propose en effet, comme Microsoft Office, un traitement de texte, un tableur et une base de données. Mais à la différence des logiciels de la firme de Richmond, ces programmes ne sont pas sous une licence individuelle : l’administration n’aura pas à payer pour chaque exemplaire qu’elle installera sur un poste, une économie de plusieurs millions d’euros par rapport aux licences Microsoft. De plus, le code source des logiciels OpenOffice est accessible, ce qui permet de créer des applications ou des améliorations spécifiques, en fonction des besoins de l’administration.

Des aspects financiers ... mais aussi un partage de la connaissance

Pour le groupe de travail interministériel en charge du projet, il s’agit, au-delà de l’aspect financier, d’introduire « une démarche de mutualisation. En effet, la notion de logiciel libre est étroitement liée à une idée de partage des ressources, des connaissances : un état d’esprit qui se prête au travail collaboratif » que veut promouvoir le ministère du Budget au sein des administrations françaises. « Des actions de formation seront menées auprès des agents » en ligne et sur CD-Rom explique le ministère.

source : figaro